1. Cri à l’angle des rues Pavillon et Gallait
  2. Cri Place Eugène Verboekhoven, Schaerbeek
  3. Cri Place Flagey, Ixelles
  4. Cri Place Houwaert, Saint-Josse
  5. Cri Place de la Liberté, Bruxelles
  6. Cri Place du Conseil, Anderlecht
  7. Cri Vers la Gare du Nord, Place Gaucheret
  8. Cri Place du Béguinage
  9. Écrire un mot

Samedi 23 avril 2011, 17h :Il y a deux ans, les petits coins d’herbe de la place ont été détruits, pour le grand règne du béton, à la tristesse des gens du quartier, qui n’ont pas pour autant déserté : cette place, c’est la leur.

L’écrivain public sera présent le samedi 16 de 16h à 18h ainsi que le mercredi 20 de 15h à 17h avec son bureau sur la place du conseil.

Vers le Cri :

La boîte aux lettres a questionné la Maison communale. "Mais avez-vous une autorisation ? Il est tard pour la demander et le bourgmestre est en vacance ! Soyez dans mon bureau demain matin à 9h." Le lendemain, on m’envoyait chez la commissaire, pour voir si elle, elle serait d’accord. Après étude de l’affaire, elle dît oui.

La place est grande et le soleil violent. Il y avait des gens épars, là dans un certain vide, las dans une certaine ombre.
Le promontoire est un banc rectangulaire en pierre. La chanson d’appel commence au mégaphone. Ce sont des petites filles enregistrées sur la place. Elles chantent en turc. Sur leur mélodie, des enfants ont commencé à courir vers le Cri naissant, comme sortis de nulle part.
Des grands se sont avancés, des visiteurs de Cris se sont approchés, des fenêtres ont fini par ouvrir leur rideaux et sortir une oreille.

L’écrivain public a passé en amont quelques heures avec son bureau sur la place. Des femmes n’écrivant pas français ont pu mettre leurs mots anonymes, des enfants trop petits pour écrire se sont faits aider par les plus grands. Les plus grognons des adultes ont fini par venir écrire leur poésie, eux aussi.

* *
*